En bonne famille baroudeuse, nous sommes régulièrement confrontés à un problème de taille quand MonHom veut changer Choupet : son retour dépité, me demandant d’y aller moi-même puisque le plan à langer se trouve…dans les toilettes des femmes ! Bravo les gars, on est quand même en 2011.

Je ne suis personnellement pas pour la parité obligatoire en politique ou dans les conseils d’administration. Je trouve même ça contre-productif puisque ces postes doivent être occupés par des gens sélectionnés sur base de leurs compétences et non sur base de ce qu’ils ont entre les jambes. Mais bon, il y avait lacune, il fallait bien une loi, imparfaite ou pas. Mais pour les soins des enfants, il me semble qu’on n’a pas trop besoin de légiférer puisque le partage se fait naturellement dans les couples actuels en âge de procréer.

Alors pourquoi ? Pourquoi cette tendance machiste et rétrograde des architectes et/ou propriétaires de bâtiments de lieux publics à taper les plans à langer chez les femmes ? Là, ça m’échappe.

Bien sûr, il y a des plans B (et C et D) :

  • le Choupet est changé par terre, à l’arrache, dans les toilettes des hommes. Effet non-hygiénique garanti.
  • le Choupet est changé dans les toilettes des femmes… par papa. Effet pervers garanti (ou effet “oh, vous êtes adorable de vous occuper de votre fils comme ça. Vous faites quoi ce soir monsieur, je vous emmène dîner ?”. J’aime pas).
  • le Choupet est changé dehors. Effet bouboules gelées et intimité bafouée assuré.

Rien d’idéal.

Alors messieurs (ça ne peut être que des hommes, je vois que ça), quand vous déciderez de construire ou de rénover les toilettes de votre bâtiment, pensez modernité (c’te folie !), mettez des plans à langer des DEUX cotés (ou faites comme le Vieux Moulin à Ecaussinnes, en mode Ally McBeal avec ses toilettes unisexes).

Dans les années 70, les femmes ont brûlé leurs soutien-gorges pour leur libération, ne nous obligez pas à recommencer (bande de coquins !).

 

Source image : topito.com