Pizzaiola 1er dan

Cette semaine il m’est arrivé une chose renversante : j’ai appris à faire la pizza.

Vous : t’es mignonne Mapomme, ça en est presque touchant, mais tu ne connais pas Marmiton, Laura in the kitchen ou Feu mamy Monica ?

Moi : attention,  je n’ai pas appris à faire la pizza, j’ai appris à faire LA pizza.

Non mais d’accord, c’est de ma faute, la précision était importante.

Je mange les pizzas de Veronica depuis que j’ai 2 ans et demi. À presque 30 ans, il était temps que je prenne mon courage à 2 mains et que je lui demande de me transmettre la recette secrète que sa famille se lègue de génération en génération.

Ne faisant pas partie de la famille, je m’attendais à une réponse polie, mais ferme, quoique cachant un léger malaise de devoir répondre par la négative à la gentille Mapomme qu’elle a vu s’épanouir pour passer de la petite Popomme timide et discrète à cette jeune femme magnifique, sûre d’elle, à la démarche digne d’une princesse, à la carrière étincelante et conciliant à merveille sa vie de mère et de femme active tout en gardant sa maison propre et bien rangée, son linge repassé, un brushing impeccable et des ongles manucurés avec soin.

… Hum…

Et bien que nenni, Vero a allumé le four, remonté ses manches (et les miennes) et m’a mis les mains dans la farine.

Elles avaient, certes, le goût de pizzas siciliennes excellentes, mais aussi celui des jours heureux passés dans le doux foyer de Vero et son mari quand leur fille me ramenait comme un chien perdu dont les parents travaillent beaucoup trop (oui, pour mon récit, les parents des chiens travaillent, c’est comme ça).

Sur la route du retour, MonHom au volant et Choupet à l’arrière, je l’écoutais essayer de chantonner sur l’EP d’Armistice en regardant la lune bien ronde dans un ciel mauve irréel. Je repensais à ma journée culinaire, remplie de madeleines de Proust et d’un coup de fil incroyablement heureux de ma sista’. Et j’ai pleuré. De joie. De bien-être.

Je pourrai transmettre la recette à Choupet, à la différence près que le goût lui rappellera la douceur de son foyer à lui, celui que MonHom et moi lui bâtissons depuis sa naissance, il y a maintenant 2 ans et un jour. Bon anniversaire mon fils !

Quoi le cholestérol ? T’as jamais entendu parler du régime méditerranéen ? Alors mange ta pizza et tais-toi !

 

Crédits photo : moi-même
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Commentaires

  • Sibylle
    12 août 2011 - 21 h 53 min | Permalien

    C’est bizarre, comme on associe souvent les moments heureux à un souvenir culinaire. Alors, en plus, si la journée était belle et les nouvelles plus que bonnes, elles devaient avoir un excellent goût, tes pizzas (euh, pardon.. LA pizza :-)

    • 12 août 2011 - 22 h 29 min | Permalien

      C’est vrai, maintenant que tu le poses en mots, que de nombreux souvenirs de mon enfance sont liés à la nourriture. Mmmmh, une idée à creuser pour un futur billet… ;o)

      • 22 octobre 2013 - 1 h 12 min | Permalien

        La pâte à pizza n’est pas des plus agréables à manipuler mais au final, quelle récompense de pouvoir tout doser à son goût. Bravo pour ce passage du côté de pizzaïolos :)

  • Pingback: Mapomme.be » C’est la reprise

  • bri
    16 août 2011 - 10 h 25 min | Permalien

    très touchant. dis donc, t’arrêterais pas de nous faire verser une larmichette ;) on attend tous vendredi avec impatience maintenant!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>